Il était une fois le Temps

//Il était une fois le Temps

Il était une fois le Temps

Il était une fois le Temps

Je n’aurai pas le temps, ce titre qu’a choisi Hubert Reeves pour rédiger ses mémoires a, au passage à l’An 2019, éveillé le véritable Sens que revêt le mot temps à mes yeux.

Cela m’a inspiré à vous délivrer quelques mots sur l’éloge du Temps qui passe.

« Ça va vite – je manque de temps – le temps file à vivre allure… », des petits bouts de phrases qui en disent long sur la manière dont on vit le temps, dont on en prend soin et surtout le sens qu’on lui accorde.

Ne manquerions-nous pas de présence au Temps pour qu’on soit si peu reconnaissant de sa vraie valeur ? Serions-nous à ce point désaccordés en dedans de nous ou encore déconnectés pour nous remettre aussi vite sur le pilote automatique ? Ou encore, aurions-nous perdu notre faculté d’émerveillement ?

L’art de vivre s’inscrit dans une philosophie, une façon d’être ou encore une manière de vivre au quotidien qui nous permettent de goûter et de savourer les instants de partage, de rencontre, de silence qui, au fil du temps, procurent un sens à sa vie.

Vivre ne suffit pas ! Revenir à l’essentiel, oser aller à la rencontre de l’Autre, nourrir les « p’tits moments » inattendus et aimer le cœur grand ouvert font partie de ces ingrédients magiques qui nous permettent de cultiver ce petit fil du merveilleux en soi. Selon moi, il est temps que nous apprenions à donner du temps au temps si nous voulons sortir de cet état d’urgence chronique qui habite plusieurs d’entre nous. Un incontournable ! Seul le passage à un autre mode de pensée pourra changer cet accord qui sonne faux en nous. Vaut mieux bien penser que de trop penser, disait Spinoza.

Alors en 2019, mettons de l’ordre dans nos pensées…

Je nous invite tous ensemble à faire briller notre humanité, multiplier les rires et les moments de partage, donner sans attente et surtout faisons jaillir la gratitude et la joie de vivre en nous.

Car la voie du changement part d’abord de l’intérieur, du mouvement intérieur naît le mouvement extérieur.

« Voir un univers dans un grain de sable,
Et un paradis dans une fleur sauvage.
Tenir l’infini dans la paume de la main
Et l’éternité dans une heure. » – William Blake

2019-03-12T14:03:13+00:00